Ayinger

Ayinger

La brasserie privée Ayinger, du village d'Aying en Bavière, à quelques kilomètres seulement de Munich, se base sur le savoir-faire traditionnel des maîtres brasseurs bavarois et les coutumes de la région pour produire 14 bières différentes d'une qualité constante, elle bénéficie de sa propre eau de source ce qui garantit le caractère spécial de ses bières.

Régulièrement récompensées dans des compétitions internationales de bières, le prestige des bières Ayinger n'est plus à faire, la brasserie a aussi reçu des prix pour ses innovations dans le renouvellement durable et la protection de l'environnement et surtout pour ses engagements envers le Land de Bavière.

 

Installée depuis plus de 140 ans dans le petit village bavarois, la brasserie est maintenant un emblême fort de la Bavière, dont les bières se dégustent tout au long de l'année, par simple amour du goût et par Gemütlichkeit (le bien-être typique du savoir-vivre allemand) , un vrai «pain liquide» comme disent si bien nos voisins d'Outre-Rhin.

 

Ainsi, tout au long de l'année, il est possible d'apprécier une Altbairisch Dunkel, une Celebrator ou bien même une Urweisse ou bien pendant les saisons des fêtes ou au retour du printemps, déguster une Winterbock ou Frühlingsbier.

 

En 1876, le père fondateur de la brasserie d'Aying, Johann Liebhard, a repris de ses parents la propriété agricole et forestière "Zum Pfleger" avec taverne et boucherie, qui appartenait à la famille depuis environ 1810. Sa femme Maria, une fille de facteur de la commune de Markt Schwaben, était - comme toutes les femmes de chaque génération de la brasserie - le soutien le plus important de la direction.

Dans le contexte du boom économique des années 70 du 19ème siècle, après la victoire de l'Allemagne sur la France, lui et son père Peter Liebhard décident de fonder leur propre brasserie. Ce n'était pas si inhabituel à l'époque, il y avait environ 6 000 brasseries en Bavière seulement vers 1880. Aujourd'hui, environ 650 d'entre elles sont encore en activité.

 

 En 1877, Johann Liebhard commence à construire sa brasserie, ce qui représente un investissement considérable. Il a fallu construire des locaux pour une salle de brassage, une cave de fermentation et de stockage et une malterie, et tout le matériel a dû être transporté par voie ferrée, puis amené par cheval et charrette depuis Sauerlach, la gare la plus proche. D'ailleurs, à cette époque, la bière ne pouvait être brassée qu'en hiver, de Michaelmas (29 septembre) à Georgi (23 avril), à cause des possibilités de stockage face au froid.

 

 Le 2 février 1878, le moment est venu : Johann Liebhard écrit alors dans son journal : "Nous avons servi la première bière, très bonne et tout était plein de monde. Michl et Müller en était tellement ivres qu'ils sont tombés au moins dix fois sur le chemin du retour." A cette époque, les premiers bars en dehors d'Aying sont également gagnés par cette bière, certains d'entre eux comptent encore aujourd'hui, depuis plus de 130 ans, parmi les clients de la brasserie.

 

En 1900, c'était l'époque du progrès technique. C'est le maire d'Aying de l'époque, Michael Kometer, avec Johann Liebhard qui ont poussé le projet d'un chemin de fer local. Leurs efforts ont porté leurs fruits et la joie est grande lorsque le 2 mars 1900 à 1h12 du matin, l'adjointe au bureau de poste Maria Liebhard, qui deviendra plus tard Mme Zehentmair, reçoit la dépêche : "Notre chemin de fer a été approuvé".

Le 28 mai 1904, le premier essai du nouveau chemin de fer a été effectué. Le billet d'Aying à Munich coûtait 43 Pfennig à l'époque.

Johann Liebhard était également ouvert aux progrès techniques en matière de communication : Le 12 juin 1904, la première connexion téléphonique privée est établie à son domicile via le bureau télégraphique d'Aying ; l'électricité n'arrivera qu'en 1911.

 

 1904 - 1917 L'époque d'August & Maria Zehentmair

 

Liebhard n'a pas d'héritiers mâles. En 1904, sa fille aînée et héritière Maria épouse August Zehentmair, un fils de fermier et de propriétaire de briqueterie de Perlach. Peu après le mariage, Johann Liebhard a transmis la propriété d'Aying à sa fille et à son gendre, qui ont continué à gérer l'entreprise avec dévouement. Le fondateur de la brasserie décéde en 1910.

Avec le début de la première guerre mondiale, les temps sont durs pour la famille. August Zehentmair a dû partir à la guerre. Sa femme s'est retrouvée seule avec leurs petites filles, Maria, Kreszenz et Annie, et a géré prudemment l'entreprise pendant cette période. À l'époque, les brasseries bavaroises n'ont reçu que 15 % du quota de malt habituel. Par conséquent, seule une bière fine contenant 1,5 à 2% de densité primitive de moût était brassée à Aying.

 

Après la fin de la guerre en 1918, August Zehentmair rentre chez lui. Les années de crise économique qui ont suivi ont été difficiles. Les grandes difficultés de vente dues à la mauvaise situation financière des agriculteurs, qui étaient les clients les plus importants de la brasserie, ont été un coup dur. En outre, la Jacklhaus, qui appartenait à la ferme Liebhard, a brûlé en 1921.

August et Maria Zehentmair ont construit sur ce site l'auberge-brasserie d'Aying, achevée en 1923 et pour laquelle ils ont dû puiser dans leurs économies. L'inflation grimpante a contraint le brasseur à contracter un prêt, qu'il a pu garantir avec des terres, mais dont le remboursement lui a apporté de nouvelles difficultés en raison de la chute des prix des terres et de la dévaluation croissante de la monnaie. Après que Zehentmair ait mobilisé toutes ses réserves, la dette restante a pû être remboursée.

 

Après tous les revers, les choses s'améliorent à nouveau. Les progrès techniques ont donc également été utilisés pour la brasserie. Depuis que la ville d'Aying a été raccordée à l'électricité en 1911, les conditions de base pour la mécanisation de la brasserie ont été créées.

Jusqu'au milieu des années 20, seule la bière à la pression était servie. Après cela, cependant, la demande de bière en bouteille a augmenté, de sorte qu'en 1926, une usine de lavage et de remplissage de bouteilles a été achetée. La cave de fermentation a dû être agrandie et en 1928, un nouveau refroidisseur, avec son bâtiment typique, a été construit. En raison de la popularité croissante des bières et de l'achat et de la fermeture de brasseries voisines par de grandes brasseries munichoises, la clientèle a augmenté et la production de bière a pu être considérablement accrue.

 

En 1927, le premier camion de transport (de marque Hansa-Lloyd) a été acheté. Cela a enfin permis de transporter la bière sur de longues distances sans qu'elle ne perde en qualité. Les charrettes tirées par des chevaux n'appartiennent pas tout à fait au passé, mais les livraisons de bière à Munich, la capitale de l'État, peuvent désormais commencer. La moitié de la production totale de 10 000 hl pour la seule année 1929 a été vendue à Munich. En 1930, pas moins de 16 000 hl ont été brassés à Aying.

Le premier aubergiste servant de la Ayinger à Munich fut le bavarois Hiasl de la famille Tröber et beaucoup d'autres suivirent, certains avec des relations qui existent encore aujourd'hui.

 

Le bon développement de la brasserie s'est arrêté en raison de la montée du national-socialisme à partir de 1933 et de la guerre mondiale qui a suivi. De façon tout à fait inattendue, August Zehentmair décède le 5 mars 1936 à l'âge de 56 ans, également sans héritier mâle.

La fille aînée Maria Kreszenz et son mari, le propriétaire d'un domaine et d'une auberge, Franz Inselkammer de Siegertsbrunn, lui succèdent. Franz Inselkammer s'est mis au travail avec énergie. Il était soutenu par sa belle-sœur Annie Zehentmair, qui a été sa collègue la plus proche et la plus digne de confiance pendant ses 50 années d'activité en tant qu'entrepreneur. Pendant les périodes difficiles de la guerre et de l'après-guerre, la production est tombée à 13 000 hl en 1951. À Aying même, il n'y a pratiquement pas eu de dommages de guerre, de sorte qu'avec l'essor économique général et les efforts de Franz Inselkammer, les choses ont pu reprendre rapidement. Par conséquent, les chiffres de production ont augmenté très fortement et le brasseur a pu profiter d'une multiplication de la quantité de bière Ayinger bue.

 

En 1953, Franz Inselkammer Senior a acheté la place située en face de la Hofbräuhaus à Munich. Aujourd'hui une évidence, à l'époque, face à une ville encore largement détruite, une démarche courageuse. Depuis lors, la bière Ayinger y est servie et la brasserie a acquis une place de choix au cœur de la ville, jalousement gardé par les brasseurs munichois. Ayinger a ainsi acquis une position particulière parmi les brasseries de campagne. D'énormes investissements ont également été réalisés dans la brasserie : En 1957, le grand-père du brasseur actuel a installé la première salle de brassage hydroautomatique Steinecker au monde dans la salle de brassage nouvellement construite. Une nouvelle malterie a été aménagée dans l'ancienne grange, les caves de fermentation et de stockage ainsi que les machines de remplissage ont été renouvelées. Au début des années 1970, l'Ayinger Bräustüberl a été rénové à grande échelle, créant l'apparence du pub de la brasserie populaire d'Aying qui est encore visible aujourd'hui.

 

Franz et Maria Kreszenz étaient particulièrement fiers de leurs trois fils Franz, August et Peter. En 1963, l'aîné, Franz, rejoint l'entreprise de ses parents après une solide formation de brasseur diplômé à Weihenstephan et un diplôme d'administration des affaires. Depuis, il s'occupe traditionnellement de la brasserie. Gustl gère la société Isartaler Holzhaus et Peter Inselkammer est le maître de la Platzl de Munich avec l'hôtel associé. La brasserie a continué à se développer. En 1970, les différentes installations sont devenues trop petites et il a été décidé de construire une nouvelle usine d'embouteillage moderne avec filtration et expédition, en périphérie de la ville. En 1972, elle est mise en service avec une production horaire de 30 000 bouteilles. Avec une production de 160 000 hl en 1978, la brasserie connaît un record dans l'histoire de l'entreprise et se hisse à la 50e place parmi les quelque 1 000 brasseries de Bavière.

 

L'ouverture aux nouvelles idées et l'utilisation de la technologie de la plus haute qualité tout en maintenant les valeurs traditionnelles - voilà ce que le brasseur Franz Inselkammer défend et ce pour quoi il travaille avec sa femme Angela. À l'occasion du centenaire de la brasserie en 1978, il a présenté au public le "Sixthof", qui a été aménagé en musée local. À la recherche d'un approvisionnement en eau indépendant, la brasserie a lancé des forages d'essai sur le terrain de la brasserie. Aujourd'hui, l'eau minérale précieuse jaillit à 176 mètres de profondeur. Avec l'ouverture du nouveau bâtiment de la brasserie le 16 octobre 1999, le président honoraire de l'association des brasseurs bavarois, Franz Inselkammer II, a réalisé le rêve de toute une vie. La nouvelle brasserie d'Aying reste l'une des brasseries les plus avancées sur le plan technique en Europe. La nouvelle amélioration de la qualité de la bière qui en a résulté a permis de commencer à exporter les bières d'Aying dans le monde entier.

 

Si une brasserie de taille moyenne veut se maintenir au niveau des grandes brasseries, elle doit rester compétitive. Créativité, qualité, régionalisme et innovation - nul part ces aspects ne sont plus évidents que dans la nouvelle brasserie achevée en 1999, avec laquelle le Maître Brasseur Franz Inselkammer a réalisé ses idéaux.

 

La nouvelle brasserie d'Aying est un excellent exemple de la manière dont la modernité et la tradition peuvent s'allier pour former une combinaison révolutionnaire. Avec le concept de régionalité dans son entièreté, c'était une réponse efficace à la croissance du paysage brassicole allemand et de son produit, la bière.

 

En 2010, le jeune brasseur d'Aying, Franz Inselkammer III, a rejoint la direction de l'entreprise. Le fait que ce maître brasseur possède les prérequis pour cette tâche responsable n'est pas seulement inscrit dans ses gènes, mais est également prouvé par sa carrière antérieure : Après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, il a appris le métier de brasseur et de malteur à la brasserie du monastère d'Andechs (réputé pour sa bière), puis a étudié l'administration des affaires. Franz Inselkammer Jr. gère l'entreprise familiale en tant que 6e Maître Brasseur de Aying et attache une importance particulière à la préservation et à la culture des bières et des traditions bavaroises authentiques. L'Ayinger Privatbrauerei remporte des prix et des récompenses prestigieux dans le monde entier, comme le titre de "Meilleure brasserie d'Europe à l'European Beer Star", et jouit d'une popularité croissante dans sa région d'origine ainsi qu'en Allemagne et à l'étranger.

 

Pour terminer, il faut parler de PrimAqua, la première eau minérale d'Aying, qui est reconnue comme une eau minérale naturelle conformément à l'ordonnance allemande sur les eaux minérales et de table. Elle provient d'un gisement d'eau de l'ère glaciaire de la plus haute qualité et de la plus grande pureté originelle, absolument exempte de pollution.

 

PrimAqua est extraite du puits de 176 m de profondeur de la brasserie d'Aying, la source St. Andreas, et mise en bouteille directement à la source. Il convient parfaitement à un régime pauvre en sel et, grâce à sa teneur en calcium, il prévient la formation de calculs urinaires. C'est l'eau utilisée pour brasser la bière Ayinger.

11 résultats
Indisponible
Indisponible
Indisponible